Une pensée ResKP pour en parler !

Pensée à la UNE !

2oreil1coeur

Deux oreilles et un cœur…

(Meg 04/2021)

En parler, c’est parfois la clé… et écouter alors ? Comment réagir quand nous sommes la personne de confiance à qui un ami se confie ? Il y a des règles de base pour être une écoute bienveillante :
• Ne pas juger, condamner ou accuser.
• Ne pas mépriser ou prendre de haut.
• Ne pas donner de conseils non sollicités…
Difficiles à appliquer ! Comment bien écouter ?

Première clé : accueillir. Accueillir la personne comme elle est, avec ses hauts et ses bas, ses bagages personnels, ses souffrances, son ressenti propre. On peut : ne pas comprendre, ne pas adhérer… et écouter quand même. Je n’ai jamais intégré un groupe d’alcooliques anonymes, mais d’après ce que je vois dans les films, il y a quelque chose que j’apprécie énormément dans le concept : pouvoir parler sans être jugé. Les autres n’ont absolument rien à redire, juste remercier la personne d’avoir ouvert son cœur. Et c’est tout. Pas de regard réprobateur, pas de mots blessants, pas de “tu aurais dû, tu aurais pu, tu devrais”…

Deuxième clé pour bien écouter : prendre au sérieux. Cela ajoute à la souffrance de n’être pas pris au sérieux !
À savoir :
• Un problème qui te parait insignifiant peut représenter une montagne pour quelqu’un d’autre.
• les douleurs invisibles sont pourtant très réelles.
• Le mal-être peut être présent et très lourd à porter, même s’il semble injustifié et déraisonnable.

Et toi quand tu vides ton sac, comment souhaites-tu être écouté ?

 

 

et à méditer...

Découvrez d'autres pensées ResKP

Mais pourquoi et à qui en parler ?

Hélène t'en parle...

« J’ai travaillé comme infirmière scolaire pendant 10 ans. Au cours de mes années de travail au milieu de collégiens, lycéens et étudiants, j’ai vu passer à l’infirmerie des centaines de jeunes en grande souffrance. Certains venaient me partager leurs difficultés avec leurs parents, d’autres me racontaient qu’ils n’arrivaient pas à gérer leur consommation de produits (le cannabis surtout). J’en ai aussi beaucoup vu pour des crises d’angoisse, pour mal-être, harcèlement, anorexie, etc.  Un jour, j’ai même eu la triste nouvelle d’apprendre par la gendarmerie qu’un de nos élèves s’était ôté la vie. Pourtant il avait eu un suivi psychologique et même psychiatrique depuis des années… J’ai aussi rencontré des parents dépassés par la situation et en quête de conseils et de soutien. Mais l’une de mes observations pendant ces années de travail a été de constater que le partage d’expériences entre jeunes était parfois plus efficace que de longs messages de prévention fait par des adultes.  D’ailleurs, je me souviens d’une fois où j’avais invité une jeune de 19 ans en sevrage toxicomane afin qu’elle raconte son parcours auprès de jeunes de son âge. Ce jour-là, aucun d’eux n’est reparti de la même manière qu’il est arrivé. Et puis, j’ai aussi observé que les ados écoutent parfois plus les conseils de leurs amis que ceux de leurs parents. Je pense donc que le partage d’expérience entre pair est nécessaire. »

Au travers de cette page, nous avons souhaité te mettre en contact des jeunes qui sont sortis de leur galère, mais aussi avec des professionnels formés en relation d’aide.

L’équipe est composée de jeunes ordinaires de 18 à 40 ans, d’une infirmière, de pasteurs, de personnes formées en relation d’aide. Nous sommes à ta disposition pour t’aider, ne reste pas seul(e), « En parler c’est parfois la clé » ! En plus c’est gratuit et confidentiel ! Quel que soit ton problème (addictions, angoisses, rejet, abus, problèmes de famille, harcèlement, solitude, anorexie, etc….) tu trouveras ici un lieu d’écoute avec des personnes bienveillantes qui ne te jugeront pas !

En parler, partager c’est aussi s’apercevoir que tu n’es pas seul(e), que d’autres s’en sont sortis et que c’est possible pour toi aussi !

Je contacte un ResKP.